DES SOLUTIONS AUX FEMMES ENTREPRENEUR

les entreprises dirigées par des femmes sont moins susceptibles de croître que celles dirigées par des hommes

Nadine Tonguem

 L'Afrique a connu la plus forte croissance parmi les entreprises dirigées par des femmes ces dernières années. Cela semble être une bonne nouvelle: l'entrepreneuriat est sans doute crucial pour la création d'emplois et la croissance économique.

Mais le revers de ces données est que les entreprises dirigées par des femmes sont moins susceptibles de croître que celles dirigées par des hommes en raison d'une crainte plus élevée de faillite. Ce n'est pas parce que les femmes sont de mauvaises entrepreneures. Au lieu de cela, c'est parce qu'ils partent souvent d'une base inférieure. Ils ont moins de capital de démarrage et d'investissement et possèdent peu ou pas de garantie. Cela limite l'accès aux prêts et au crédit. Ils sont également touchés par l'exclusion de certains secteurs, ainsi que par l'insuffisance des effectifs. Tous ces facteurs affectent la croissance et la survie de leurs entreprises.

Cette base faible signifie qu'en matière de ventes, de nombre d'employés, de revenus et de productivité, les entreprises appartenant à des femmes dans les pays en développement ont tendance à être plus petites et à croître plus lentement que celles dirigées par des hommes. Pourtant, la recherche montre que ces entreprises sont tout aussi efficaces et axées sur la croissance que les entreprises appartenant à des hommes.

Cette divergence nous a amenés à nous demander s’il existe des politiques ciblées que les gouvernements africains peuvent utiliser pour promouvoir l’entreprenariat féminin à forte croissance. Nous avons donc mené une étude qui a évalué pourquoi les entreprises appartenant à des femmes à forte croissance sont relativement rares au Cameroun.

L'infrastructure juridique et commerciale de la nation ouest-africaine, ainsi que ses programmes de soutien gouvernemental liés aux activités entrepreneuriales de certains secteurs, sont - sur le papier - plus développés par rapport à ceux ailleurs dans la région, comme le Nigéria et le Ghana.

Mais à l'inverse, il a l'un des taux d'abandon des affaires les plus élevés et les taux d'activité entrepreneuriale à un stade précoce axés sur les opportunités les plus bas en Afrique.

Nos résultats révèlent comment l'intégration dans des réseaux formels et informels a permis aux femmes d'accéder aux ressources et d'agir sur celles-ci; cela leur a permis de réaliser une croissance commerciale lente et continue. Mais cela crée un paradoxe. Les femmes sont enfermées dans des structures administratives, ethniques et patriarcales complexes. Celles-ci créent des obligations réciproques difficiles à remplir et limitent la marge de croissance des femmes.

Une lutte pour grandir

Leurs entreprises sont confrontées à de graves contraintes de ressources. Cela est dû en partie aux inégalités socioculturelles et structurelles qui favorisent les hommes. Les femmes entrepreneurs ont du mal à obtenir des crédits et à accéder à l'éducation à l'entrepreneuriat. Ils se battent également pour traiter avec les représentants du gouvernement, et les normes culturelles rendent difficile pour eux de cultiver des réseaux d'entreprises.

Tout cela, ainsi que la réalité de partir d'une base inférieure à celle de leurs homologues masculins, rendent difficile pour les femmes entrepreneures de démarrer en grand. Ils se battent ensuite pour créer des entreprises axées sur la croissance.

C'est un coup dur pour les femmes entrepreneurs, et cela peut avoir un réel effet sur leur vie. Les femmes entrepreneurs axées sur la croissance se sont révélées être parmi les travailleurs les plus heureux de toute économie. Plus largement, il a des ramifications pour l’économie du pays.

Leçons et solutions

 Nous avons analysé les questionnaires, les groupes de discussion et les données d'entretiens collectés,

Les données offraient également des solutions potentielles.

Par exemple, il est clair que les pays doivent créer des réseaux ou des grappes régionales qui ciblent spécifiquement les femmes entrepreneurs qui affichent des aspirations de croissance. Une approche consisterait à étendre les politiques gouvernementales existantes sur les grappes industrielles traditionnelles aux industries de services dominées par les femmes.

Un autre serait de réviser ou d’élargir le fonds national de l’emploi d’un pays et les incitations fiscales pour cibler délibérément les femmes chefs d’entreprise ayant des intentions de croissance. Cette approche pourrait être adaptée aux femmes qui sont déjà dans le système des entreprises et serait conçue pour aider à payer les opportunités de formation et pour permettre l'accès au marché.

Les femmes entrepreneurs doivent également être au courant des initiatives gouvernementales existantes et des opportunités de réseautage. Des exemples de réseaux formels fournissant un soutien aux femmes entrepreneurs au Cameroun comprennent l'Association des femmes d'affaires camerounaises, le Réseau des femmes entrepreneurs camerounaises et l'Association des employeurs camerounais

Ces organisations agissent non seulement comme des plateformes d'échange de connaissances et de mise en réseau, mais, plus important encore, servent de passerelles entre les femmes entrepreneurs et leurs organisations, et divers ministères et ONG internationales. L'adhésion permettrait aux membres axés sur la croissance de connaître les opportunités existantes et d'y accéder.

Enfin, il serait très utile pour les femmes intéressées par l'entrepreneuriat à forte croissance de se renseigner sur celles qui les ont précédées. Il y a des femmes qui ont surmonté les probabilités de devenir des entrepreneurs à forte croissance dans différents pays africains. Leurs leçons peuvent être utiles pour éduquer les autres et pour informer les politiques visant à augmenter le nombre de femmes entrepreneurs à forte croissance en Afrique.

 

Martine Nadine Tonguem

Fondatrice de la plateform 

Coach en leadership et development Personel


Leave a comment

You must be logged in to post a comment.